X
Se connecter
Adresse e-mail
Mot de passe
00'00
|
1’29’33
1’29’33
| Par | 13 mai 2017

Ad Lib Annie Ernaux

Chez Annie Ernaux, sans promotion, sans raison mais avec passion. Mémoire d’une femme exceptionnelle dont les livres imprègnent bien des vies. Entretien précédé d’une prise de vues menée par le photographe Camille Millerand.

Elle nous reçoit chez elle, le 10 avril dernier. Sans raison, sans promotion, mais avec passion. Annie Ernaux ouvre son jardin, sa bibliothèque, ses pensées, dans un entretien à coeur ouvert avec Pascale Clark.

 

En ce moment, elle est "presque sereine".

"Je suis très influencée par le temps qu'il fait, j'ai besoin de la lumière. Et plus je vieillis, plus j'ai besoin de la lumière."

Annie Ernaux est née en Normandie. En 1940. Des études de lettres, des livres qui ont imprégner bien des vies. Son premier roman, Les Armoires vides (1974), annonce déjà le caractère autobiographique de son oeuvre. Il y aura La Place, prix Renaudot en 1984. Les années, aussi. Elle y parle, au fur et à mesure de ses livres, de son mariage, de sa sexualité, de son avortement, de la maladie de sa mère et de sa mère, de son cancer du sein, un printemps. 

 

 

A chacun de ses livres, Annie Ernaux revisite la forme. Trouver une autre manière de dire. A quelle personne écrire. Le "je". Le "elle". Elle nous parle de création, de doutes, de réflexions. Toutes les raisons qu'elle trouve chaque jour de ne pas écrire. Quelques mots sur Mélenchon aussi. 

 

(Pour admirer au mieux les photos d' Annie Ernaux, prises par le photographe Camille Millerand, cliquez sur les photos pour les agrandir)

EPISODE

Ad Lib Annie Ernaux

1’29’33
| Par | 13 mai 2017

Chez Annie Ernaux, sans promotion, sans raison mais avec passion. Mémoire d’une femme exceptionnelle dont les livres imprègnent bien des vies. Entretien précédé d’une prise de vues menée par le photographe Camille Millerand.

Elle nous reçoit chez elle, le 10 avril dernier. Sans raison, sans promotion, mais avec passion. Annie Ernaux ouvre son jardin, sa bibliothèque, ses pensées, dans un entretien à coeur ouvert avec Pascale Clark.

 

En ce moment, elle est "presque sereine".

"Je suis très influencée par le temps qu'il fait, j'ai besoin de la lumière. Et plus je vieillis, plus j'ai besoin de la lumière."

Annie Ernaux est née en Normandie. En 1940. Des études de lettres, des livres qui ont imprégner bien des vies. Son premier roman, Les Armoires vides (1974), annonce déjà le caractère autobiographique de son oeuvre. Il y aura La Place, prix Renaudot en 1984. Les années, aussi. Elle y parle, au fur et à mesure de ses livres, de son mariage, de sa sexualité, de son avortement, de la maladie de sa mère et de sa mère, de son cancer du sein, un printemps. 

 

 

A chacun de ses livres, Annie Ernaux revisite la forme. Trouver une autre manière de dire. A quelle personne écrire. Le "je". Le "elle". Elle nous parle de création, de doutes, de réflexions. Toutes les raisons qu'elle trouve chaque jour de ne pas écrire. Quelques mots sur Mélenchon aussi. 

 

(Pour admirer au mieux les photos d' Annie Ernaux, prises par le photographe Camille Millerand, cliquez sur les photos pour les agrandir)