X
Se connecter
Adresse e-mail
Mot de passe
00'00
|
13’50
13’50
| Par | 09 mars 2018
Photos

Femmes d’Iran : Ghazal, tatoueuse illégale

Illégal et réprimé, le tatouage est un espace d’expression très à la mode chez les Iranien.ne.s

Brice Andlauer est parti en Iran pour rencontrer trois femmes iraniennes, accompagné par Colin Henry, pour capturer en sons et en images leurs vies extraordinaires. Au plus près de leurs réalités, ils ont rencontrés des femmes bien loin des clichés habituels pour dresser trois portraits derrière le voile.

 

Pour le deuxième épisode, nous partons à la rencontre de Ghazal, tatoueuse illégale. Illégal en Iran, le tatouage est pourtant un art en pleine expansion dans le pays, vu comme un moyen d'expression nouveau. Ghazal tient un des salons de tatouage les plus en vogue de Téhéran, caché dans son appartement.

 

Ghazal est joyeuse, paradoxale surprenante et ne rentre dans aucune case. Grande, blonde platine, transformée par la chirurgie esthétique et très maquillée. A elle seule, elle démontre qu'il y a autant de façon d'être une femme en Iran qu'il y a d'Iraniennes. Nous la rencontrons dans le nord de Téhéran, dans une bulle de liberté où les règles islamiques ont l'air plus clémentes dans le reste du pays.

 

Ghazal est tatoueuse depuis quinze ans de façon complètement illégale. Elle n'utilise donc pas son nom de famille mais son pseudo Instagram : Ghazal_kamaliart

 

Pour écouter la suite de la série Femmes d'Iran :

 

Mix: David Federmann

 

Photos Colin Henry

 

 

Offert
EPISODE 2/3

Femmes d’Iran : Ghazal, tatoueuse illégale

13’50
| Par | 09 mars 2018
Photos

Illégal et réprimé, le tatouage est un espace d’expression très à la mode chez les Iranien.ne.s

Brice Andlauer est parti en Iran pour rencontrer trois femmes iraniennes, accompagné par Colin Henry, pour capturer en sons et en images leurs vies extraordinaires. Au plus près de leurs réalités, ils ont rencontrés des femmes bien loin des clichés habituels pour dresser trois portraits derrière le voile.

 

Pour le deuxième épisode, nous partons à la rencontre de Ghazal, tatoueuse illégale. Illégal en Iran, le tatouage est pourtant un art en pleine expansion dans le pays, vu comme un moyen d'expression nouveau. Ghazal tient un des salons de tatouage les plus en vogue de Téhéran, caché dans son appartement.

 

Ghazal est joyeuse, paradoxale surprenante et ne rentre dans aucune case. Grande, blonde platine, transformée par la chirurgie esthétique et très maquillée. A elle seule, elle démontre qu'il y a autant de façon d'être une femme en Iran qu'il y a d'Iraniennes. Nous la rencontrons dans le nord de Téhéran, dans une bulle de liberté où les règles islamiques ont l'air plus clémentes dans le reste du pays.

 

Ghazal est tatoueuse depuis quinze ans de façon complètement illégale. Elle n'utilise donc pas son nom de famille mais son pseudo Instagram : Ghazal_kamaliart

 

Pour écouter la suite de la série Femmes d'Iran :

 

Mix: David Federmann

 

Photos Colin Henry

 

 

Femmes d'Iran
Ecoutez aussi
20’13

Femmes d’Iran : Mona, snowboardeuse connectée

Elle part tous les weekends randonner, rider, surfer, et poste ses exploits les cheveux aux vents à ses 20 000 followers sur Instagram.
20’13
Episode : 3/3
|
17 mars 2018
19’54

Femmes d’Iran derrière le voile : Myriam, le choix de l’exil

Malgré l'attachement à son pays, la jeune femme de 30 ans a choisi de partir vivre en Australie.
19’54
Episode : 1/3
|
02 mars 2018