X
Se connecter
Adresse e-mail
Mot de passe
00'00
|
19’09
19’09
| Par | 18 mai 2017
Photos EF

Gaël, le pape de l’open data

Il ne peut pas s’en empêcher : détourner les données qui passent, même en voiture ou à l’hôpital. «C’est pour aider», dit le hacker.

2e épisode de TafTaf, à la rencontre d'un génie des données libres, un passionné d'open data. De la Guadeloupe, où il est né, jusqu'à la base militaire d'Evreux, où il travaille, Gaël Musquet nous emmène avec lui et nous raconte ce qui l'anime dans les chiffres, ce qu'il met de lui dans le travail, et comment il explique son métier à ses enfants.
 
Saviez-vous qu'un hackeur pouvait sauver des vies ? 
 
Elodie Font ne s'était jamais posé la question. Trop complexes, les données libres, pensait-elle. Et puis Gaël est de ces gens au quotidien débordant, difficiles d'arrêter en chemin le tourbillon. Et pourtant, par deux fois, il a appuyé sur "pause", nous a emmené avec lui, tout sourire. Et d'un coup, c'est comme si un monde parallèle s'ouvrait sous nos pieds.
 
Petit résumé : Gaël a été fortement marqué par l'ouragan Hugo, qui a dévasté la Guadeloupe en 1989. Sa maison est emportée, les images marquantes. Alors il se le promet : il travaillera dans la météorologie. Ou la chimie - en témoignent des dizaines d'expériences plus ou moins réussies, et quelques cicatrices, l'une d'elles ornant une de ses joues. Enfant précoce, il avale des bouquins par dizaines. 
 
Des années plus tard, le voici donc très respecté dans le petit monde des données libres. Parce qu'il sait, avec le sourire, nous expliquer à quoi elles servent. A sauver des migrants qui traversent la Méditerranée, par exemple. Comme Sami, dont vous pouvez écouter le portrait sur BoxSons. A améliorer le quotidien des soignants, dans les hôpitaux. A inventer la voiture de demain. Pas besoin d'être un spécialiste pour écouter Gaël, laissez-vous juste porter par sa voix entraînante et son dynamisme.
 
 

Production, montage, réalisation et mix : Elodie Font. 

EPISODE

Gaël, le pape de l’open data

19’09
| Par | 18 mai 2017
Photos EF

Il ne peut pas s’en empêcher : détourner les données qui passent, même en voiture ou à l’hôpital. «C’est pour aider», dit le hacker.

2e épisode de TafTaf, à la rencontre d'un génie des données libres, un passionné d'open data. De la Guadeloupe, où il est né, jusqu'à la base militaire d'Evreux, où il travaille, Gaël Musquet nous emmène avec lui et nous raconte ce qui l'anime dans les chiffres, ce qu'il met de lui dans le travail, et comment il explique son métier à ses enfants.
 
Saviez-vous qu'un hackeur pouvait sauver des vies ? 
 
Elodie Font ne s'était jamais posé la question. Trop complexes, les données libres, pensait-elle. Et puis Gaël est de ces gens au quotidien débordant, difficiles d'arrêter en chemin le tourbillon. Et pourtant, par deux fois, il a appuyé sur "pause", nous a emmené avec lui, tout sourire. Et d'un coup, c'est comme si un monde parallèle s'ouvrait sous nos pieds.
 
Petit résumé : Gaël a été fortement marqué par l'ouragan Hugo, qui a dévasté la Guadeloupe en 1989. Sa maison est emportée, les images marquantes. Alors il se le promet : il travaillera dans la météorologie. Ou la chimie - en témoignent des dizaines d'expériences plus ou moins réussies, et quelques cicatrices, l'une d'elles ornant une de ses joues. Enfant précoce, il avale des bouquins par dizaines. 
 
Des années plus tard, le voici donc très respecté dans le petit monde des données libres. Parce qu'il sait, avec le sourire, nous expliquer à quoi elles servent. A sauver des migrants qui traversent la Méditerranée, par exemple. Comme Sami, dont vous pouvez écouter le portrait sur BoxSons. A améliorer le quotidien des soignants, dans les hôpitaux. A inventer la voiture de demain. Pas besoin d'être un spécialiste pour écouter Gaël, laissez-vous juste porter par sa voix entraînante et son dynamisme.
 
 

Production, montage, réalisation et mix : Elodie Font. 

Taf taf
Ecoutez aussi
17’13

C’est qui ? C’est le cyclo-plombier !

Elian a décidé de dépanner les éviers bouchés en pédalant dans les rues de Paris. Ponctualité et fessiers en acier, déboucher n’est pas polluer.
17’13
18 avril 2017