X
Se connecter
Adresse e-mail
Mot de passe
00'00
|
29’11
29’11
| Par | 18 avril 2017
Photos MA

La politique quand elle n’est pas fictive

Sur le plateau creusois de Millevaches, le quotidien d’un maire, Nicolas Derieux, 45 ans, qui ne lâche rien, au jour le jour et à perte de vue.

La chant des oiseaux nous accueille, en Creuse, à Saint-Martin-Château. Ici, le maire s'appelle Nicolas Derieux. Elu depuis mars 2014.

Il raconte à Medhi Ahoudig son engagement, son quotidien, au milieu des exploitations agricoles. Sa volonté d'être actif, de faire.

 

"Je veux pas être maire pour être maire, je m'en fous. S'il faut juste être dans le moule et appliquer les décisions de l'Etat, non, j'en ai pas du tout envie."

Un travail prenant, qui demande abnégation, connaissances techniques et patience. Entre annulés, dérogations, appels. C'est une route, par exemple. Une route qui n'a pas été conçue pour que de gros camions, chargés de bois, y circulent. Ce qui est pourtant le cas. Alors comment essayer de faire changer les choses ? Sans être accablé par la bureaucratie qui s'applique même aux petites communes de notre pays.

 

Nicolas Derieux dit aussi l'importance des secrétaires de mairies, qui, elles, restent, et assurent la transition d'un maire à un autre. Au début, l'une d'elles a peur : Nicolas Derieux est jeune, pas de la région, il veut bouger les choses. Beaucoup d'incertitudes. Mais elle a été rassurée : ils ont pris leurs marques ensemble, et elle dit qu'aujourd'hui, "tout se passe très très bien". Ils forment une équipe, ce qui n'est pas si fréquent. 

 

Il faut dire que Nicolas Derieux a un parcours particulier : venu du monde du cinéma, en vacances dans le coin tous les étés. Il retape une baraque, et à la fin de l'été : 

 

"C'était inimaginable que je reparte"

 

Même si son niveau de vie est divisé par 10, il s'installe. Et s'engage.

Récit intégral ci-dessus.

 

Production, montage et réalisation : Mehdi Ahoudig. Mix : K.

EPISODE

La politique quand elle n’est pas fictive

29’11
| Par | 18 avril 2017
Photos MA

Sur le plateau creusois de Millevaches, le quotidien d’un maire, Nicolas Derieux, 45 ans, qui ne lâche rien, au jour le jour et à perte de vue.

La chant des oiseaux nous accueille, en Creuse, à Saint-Martin-Château. Ici, le maire s'appelle Nicolas Derieux. Elu depuis mars 2014.

Il raconte à Medhi Ahoudig son engagement, son quotidien, au milieu des exploitations agricoles. Sa volonté d'être actif, de faire.

 

"Je veux pas être maire pour être maire, je m'en fous. S'il faut juste être dans le moule et appliquer les décisions de l'Etat, non, j'en ai pas du tout envie."

Un travail prenant, qui demande abnégation, connaissances techniques et patience. Entre annulés, dérogations, appels. C'est une route, par exemple. Une route qui n'a pas été conçue pour que de gros camions, chargés de bois, y circulent. Ce qui est pourtant le cas. Alors comment essayer de faire changer les choses ? Sans être accablé par la bureaucratie qui s'applique même aux petites communes de notre pays.

 

Nicolas Derieux dit aussi l'importance des secrétaires de mairies, qui, elles, restent, et assurent la transition d'un maire à un autre. Au début, l'une d'elles a peur : Nicolas Derieux est jeune, pas de la région, il veut bouger les choses. Beaucoup d'incertitudes. Mais elle a été rassurée : ils ont pris leurs marques ensemble, et elle dit qu'aujourd'hui, "tout se passe très très bien". Ils forment une équipe, ce qui n'est pas si fréquent. 

 

Il faut dire que Nicolas Derieux a un parcours particulier : venu du monde du cinéma, en vacances dans le coin tous les étés. Il retape une baraque, et à la fin de l'été : 

 

"C'était inimaginable que je reparte"

 

Même si son niveau de vie est divisé par 10, il s'installe. Et s'engage.

Récit intégral ci-dessus.

 

Production, montage et réalisation : Mehdi Ahoudig. Mix : K.

Nos histoires
Ecoutez aussi
12’03

Mamans de mères en filles: Joanne

Joanne attend son premier enfant. Sa mère en a eu 4 tout comme sa grand-mère qui l’a regretté toute sa vie. Que reproduit-on en se reproduisant ? Spoiler : Joanne attend une fille..
12’03
Episode : 1/4
|
20 juillet 2017
16’48

Touche pas à mon pote homo

Dans la journée, au collège, des bénévoles de SOS Homophobie font un travail de fourmis auprès des ados, pour déconstruire les clichés sexistes et homophobes. Choc de réalités, choc de dimensions.
16’48
29 juin 2017
25’35

Une honte française 2/2

Sulaiman a du quitter l'Afghanistan après avoir travaillé pour l’armée française, il était en danger. On le retrouve à Lyon où il travaille à l’aide aux réfugiés, vit un amour avec une Syrienne, et n’en veut pas à la France, il pourrait..
25’35
Episode : 2/2
|
24 juin 2017
13’11

Une honte française 1/2

Une centaine seulement de visas ont été accordés aux interprètes afghans ayant collaboré avec l’armée française. 152 autres restés en Afghanistan sont en danger. Un militaire parle et s’indigne. Mojib raconte son histoire.
13’11
Episode : 1/2
|
18 juin 2017