X
Se connecter
Adresse e-mail
Mot de passe
00'00
|
4’35
4’35
| Par | 05 avril 2018

Lettre d’amour à Winnie Mandela

L’apartheid comme combat historique, des murs à abattre, des luttes contre le racisme, encore aujourd’hui.

Chère Winnie Mandela

 

Je t’adresse cette lettre comme on envoie un bouquet de fleurs.

 

Dès que tu as mis un pied sur terre, tu as su que ça n’allait pas être une mince affaire - comme si tu étais née six pieds sous terre. Tu n’avais pas le choix : pour survivre, il fallait se battre. Alors tu as dressé ton poing haut dans le ciel, et tu as pris la parole comme on prend les armes.

 

Tu étais femme. Tu étais noire. Tu as grandi sous l’apartheid. Et tu ne t’es pas laissé faire contre la bêtise humaine. A l’instar de ton mari Nelson, tu as été une icône pour toute une génération. Tu as été une mère, une grand-mère, une amie, une camarade, une meneuse.

Et tu as combattu de plus en plus fort pour la liberté, l’égalité : ces principes qui devraient être acquis à la naissance.

 

La violence ravage tout sur son passage. Elle creuse des peines et monte des murs de haine. Et les murs se construisent partout, au propre comme au figuré. Tes ailes ont été brisées au fil des années, et tu t’es faite embarquer dans le tourbillon des extrêmes.

 

Je choisis de garder en mémoire le meilleur de toi : l’énergie d’une femme au service de ses sœurs et frères humains. L’apartheid a fini par être aboli, mais les pages de l’histoire ne se tournent pas aussi vite qu’un décret, qu’une loi ou qu’une mort, et aujourd’hui encore ici et ailleurs, le lutte est toujours à mener.

Offert
EPISODE

Lettre d’amour à Winnie Mandela

4’35
| Par | 05 avril 2018

L’apartheid comme combat historique, des murs à abattre, des luttes contre le racisme, encore aujourd’hui.

Chère Winnie Mandela

 

Je t’adresse cette lettre comme on envoie un bouquet de fleurs.

 

Dès que tu as mis un pied sur terre, tu as su que ça n’allait pas être une mince affaire - comme si tu étais née six pieds sous terre. Tu n’avais pas le choix : pour survivre, il fallait se battre. Alors tu as dressé ton poing haut dans le ciel, et tu as pris la parole comme on prend les armes.

 

Tu étais femme. Tu étais noire. Tu as grandi sous l’apartheid. Et tu ne t’es pas laissé faire contre la bêtise humaine. A l’instar de ton mari Nelson, tu as été une icône pour toute une génération. Tu as été une mère, une grand-mère, une amie, une camarade, une meneuse.

Et tu as combattu de plus en plus fort pour la liberté, l’égalité : ces principes qui devraient être acquis à la naissance.

 

La violence ravage tout sur son passage. Elle creuse des peines et monte des murs de haine. Et les murs se construisent partout, au propre comme au figuré. Tes ailes ont été brisées au fil des années, et tu t’es faite embarquer dans le tourbillon des extrêmes.

 

Je choisis de garder en mémoire le meilleur de toi : l’énergie d’une femme au service de ses sœurs et frères humains. L’apartheid a fini par être aboli, mais les pages de l’histoire ne se tournent pas aussi vite qu’un décret, qu’une loi ou qu’une mort, et aujourd’hui encore ici et ailleurs, le lutte est toujours à mener.

Lettres d'amour
Ecoutez aussi
4’50

Lettre d’amour à l’amour

Comme disait Edith Piaf : "Je me fous du monde entier, tant qu'l'amour inond'ra mes matins". Notre Edith à nous, c'est Elsa et elle en parle le mieux.
4’50
05 juillet 2018
Offert
5’15

Lettre d’amour à la musique

C'est la fête de la musique, feu d'artifice dans la tête et stimulation des neurones, libre cours à l'imagination.
5’15
21 juin 2018
Offert
4’50

Lettre d’amour au ballon rond

Quelque chose ne tourne pas rond sur notre planète, elle devient toute entière un gigantesque ballon de foot pendant la Coupe du monde. Lettre d'amour au ballon rond, un peu de douceur entre deux coups de pied.
4’50
14 juin 2018
Offert
4’51

Lettre d’amour au plastique

Révolution, société de consommation, pollution : le plastique, c'est pas si fantastique.
4’51
08 juin 2018
Offert