X
Se connecter
Adresse e-mail
Mot de passe
00'00
|
| Par | 16 mai 2017
Photos MM

«Tu sais, personne ne veut quitter son pays» Sami 5/5

Point final de l’odyssée de Sami : le point de départ, l’Erythrée. Un pays comme un immense camp militaire avec contrôle 24H/24 et lavage de cerveau. Depuis Leeds, Sami pense à sa mère qui lui manque.

Sami a fui l'Erythrée. Il nous a raconté sa pénible et douloureuse fuite, de la traversée du Sahara, si pénible, la soif le prenant en tenailles jusqu'à la jungle de Calais, où le froid et la faim se battaient en duel. En passant par la traversée de la Méditerranée, où il a eu l'impression de mourir, avant d'être ramené à la vie par les autorités italiennes. Le plus beau jour de sa vie, nous disait-il dans le quatrième épisode de notre série.

 

Aujourd'hui, il vit à Leeds. Banlieue sud. Avec un permis de séjour pour vivre cinq ans en Angleterre. Pour aider ses amis et jouer au foot.  

 

 

« Les gens pensent que tous les gens noirs sont méchants, ne sont pas des bonnes personnes. Mais ce n’est pas vrai, moi je respecte les gens, peu importe leur couleur de peau. Ils ne peuvent pas nous juger par rapport à notre couleur de peau. D’abord il faudrait qu’ils nous posent la question : comment on est arrivés en Angleterre ? Comment était notre vie avant ? Qu’est ce qui nous a poussé à partir ?"

 

C'est tout l'objet de ce cinquième épisode : Sami a fui l'Erythrée, un pays où l'armée a tout le pouvoir. Dirigé par un dictateur sanguinaire, Afeworki. A quoi ressemblait son quotidien ? L'entraînement militaire, à 17 ans. Les ordres, les coups.

 

Difficile de se souvenir. 
Parfois, Sami ferme sa porte à clé. Il ouvre sa fenêtre, et ça y est, il est de retour chez lui, en Erythrée. Il voit les paysages, les gens, sa mère. Quelques minutes volées au quotidien.

 

« La seule chose que j’ai trouvée ici en Angleterre c’est la démocratie, mais pour tout le reste, j’aurais préféré être dans mon pays. Mes amis, ma famille, ma culture, me manquent, tout me manque. »

 

Production, montage et réalisation : Marie Monier. Mix : I'n'I. Voix traduction: Alexandre Comte. 

Offert
EPISODE 5/5

«Tu sais, personne ne veut quitter son pays» Sami 5/5

| Par | 16 mai 2017
Photos MM

Point final de l’odyssée de Sami : le point de départ, l’Erythrée. Un pays comme un immense camp militaire avec contrôle 24H/24 et lavage de cerveau. Depuis Leeds, Sami pense à sa mère qui lui manque.

Sami a fui l'Erythrée. Il nous a raconté sa pénible et douloureuse fuite, de la traversée du Sahara, si pénible, la soif le prenant en tenailles jusqu'à la jungle de Calais, où le froid et la faim se battaient en duel. En passant par la traversée de la Méditerranée, où il a eu l'impression de mourir, avant d'être ramené à la vie par les autorités italiennes. Le plus beau jour de sa vie, nous disait-il dans le quatrième épisode de notre série.

 

Aujourd'hui, il vit à Leeds. Banlieue sud. Avec un permis de séjour pour vivre cinq ans en Angleterre. Pour aider ses amis et jouer au foot.  

 

 

« Les gens pensent que tous les gens noirs sont méchants, ne sont pas des bonnes personnes. Mais ce n’est pas vrai, moi je respecte les gens, peu importe leur couleur de peau. Ils ne peuvent pas nous juger par rapport à notre couleur de peau. D’abord il faudrait qu’ils nous posent la question : comment on est arrivés en Angleterre ? Comment était notre vie avant ? Qu’est ce qui nous a poussé à partir ?"

 

C'est tout l'objet de ce cinquième épisode : Sami a fui l'Erythrée, un pays où l'armée a tout le pouvoir. Dirigé par un dictateur sanguinaire, Afeworki. A quoi ressemblait son quotidien ? L'entraînement militaire, à 17 ans. Les ordres, les coups.

 

Difficile de se souvenir. 
Parfois, Sami ferme sa porte à clé. Il ouvre sa fenêtre, et ça y est, il est de retour chez lui, en Erythrée. Il voit les paysages, les gens, sa mère. Quelques minutes volées au quotidien.

 

« La seule chose que j’ai trouvée ici en Angleterre c’est la démocratie, mais pour tout le reste, j’aurais préféré être dans mon pays. Mes amis, ma famille, ma culture, me manquent, tout me manque. »

 

Production, montage et réalisation : Marie Monier. Mix : I'n'I. Voix traduction: Alexandre Comte. 

Exils
Ecoutez aussi
16’35

Hmong : d’un monde à l’autre, au nom de la France.

Ils sont moins connus, pourtant leur histoire n'est pas sans rappeler celle des Harkis algériens.
16’35
28 octobre 2018
Offert
22’11

Hassan: en attendant l’asile

Ce jeune Afghan issu de la minorité Hazara persécutée apprend le français, fait de la radio, vend des Malboro bled et plaisante volontiers. La réponse de l’OFPRA va arriver...
22’11
05 octobre 2018
Offert
29’31

Abir, prof de français en Syrie, métallurgiste en Vendée

Elle s’est battue plusieurs mois pour faire libérer son mari torturé dans les geôles de Bachar al Assad. Récit
29’31
03 septembre 2018
Offert
18’43

Une famille de cœur

Mohammad, réfugié afghan de la tribu des Hazaras, vit à Paris dans l'hôtel particulier de Marie-France, styliste de renom. Apprentissage mutuel.
18’43
24 juillet 2018
Offert