X
Se connecter
Adresse e-mail
Mot de passe
00'00
|
14’04
14’04
| Par | 20 avril 2017
Photos

Une cuvée insoumise

Valentin Morel, jeune vigneron du Jura, a créé un Pinot noir en soutien à Jean-Luc Mélenchon. Combien de verres en commun ?

Léa Veinstein a rencontré Valentin Morel il y a 5 ans. Pour parler de vin naturel, à l'époque. Cinq ans plus tard, le vigneron mélenchoniste la reçoit de nouveau chez lui, au milieu de ses vignes, tout en haut de la vallée de Poligny, pour lui présenter une cuvée particulière : « L’Avenir en commun », du nom du programme de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon.

 

Valentin a 29 ans. Il est né au milieu du vignoble jurassien, dans une famille viticole. En parallèle, il a toujours été très intéressé par la politique : des études de droit, et un poste d' attaché de préfecture à Lyon.

Sa reconversion dans la vigne date de quelques années seulement. Il l'a vécue comme une révolte −  et surtout comme une tentative de redonner un sens à sa vie. C'est en lisant le philosophe Matthew Crawford, qui travaillait dans un think tank aux Etats-Unis et qui, réfléchissant au sens du travail, a décidé de devenir réparateur de motos, que Valentin a décidé de reprendre la vigne familiale.

 

« Quand tu pioches toute la journée, tu l’oublies pas, le sens du travail. »

Valentin pioche à la main, et ne nourrit ses vignes qu’à la tisane ou à la bouillie bordelaise, en fonction du calendrier lunaire. Son vin est plus que bio, il est nature. Valentin a eu envie de retrouver la terre, d’y ré-ancrer ses pieds.

Pour lui, tout est politique, chaque geste, chaque parcelle, chaque mot. Et Valentin parle beaucoup : il a le débit des passionnés, de ceux qui veulent tout vous dire, et même plus.

 

La rencontre avec Jean-Luc Mélenchon ressemble à la fois à un coup de foudre et à une évidence. On est en 2012, la présidentielle vient de s’achever sur une déception, et le candidat de la France insoumise affirme nettement sa transition écologique. Mélenchon se rend dans le Jura, tourner une vidéo sur le vin destinée à sa chaîne You Tube.

Où en est-on cinq ans plus tard ? Il nous le raconte en débouchant une bouteille insoumise − l’une des rares qui lui reste. Parce que les bouteilles se sont vendues à la vitesse de la lumière.

 

> Tous les visages de campagne de BoxSons ici.

EPISODE

Une cuvée insoumise

14’04
| Par | 20 avril 2017
Photos

Valentin Morel, jeune vigneron du Jura, a créé un Pinot noir en soutien à Jean-Luc Mélenchon. Combien de verres en commun ?

Léa Veinstein a rencontré Valentin Morel il y a 5 ans. Pour parler de vin naturel, à l'époque. Cinq ans plus tard, le vigneron mélenchoniste la reçoit de nouveau chez lui, au milieu de ses vignes, tout en haut de la vallée de Poligny, pour lui présenter une cuvée particulière : « L’Avenir en commun », du nom du programme de la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon.

 

Valentin a 29 ans. Il est né au milieu du vignoble jurassien, dans une famille viticole. En parallèle, il a toujours été très intéressé par la politique : des études de droit, et un poste d' attaché de préfecture à Lyon.

Sa reconversion dans la vigne date de quelques années seulement. Il l'a vécue comme une révolte −  et surtout comme une tentative de redonner un sens à sa vie. C'est en lisant le philosophe Matthew Crawford, qui travaillait dans un think tank aux Etats-Unis et qui, réfléchissant au sens du travail, a décidé de devenir réparateur de motos, que Valentin a décidé de reprendre la vigne familiale.

 

« Quand tu pioches toute la journée, tu l’oublies pas, le sens du travail. »

Valentin pioche à la main, et ne nourrit ses vignes qu’à la tisane ou à la bouillie bordelaise, en fonction du calendrier lunaire. Son vin est plus que bio, il est nature. Valentin a eu envie de retrouver la terre, d’y ré-ancrer ses pieds.

Pour lui, tout est politique, chaque geste, chaque parcelle, chaque mot. Et Valentin parle beaucoup : il a le débit des passionnés, de ceux qui veulent tout vous dire, et même plus.

 

La rencontre avec Jean-Luc Mélenchon ressemble à la fois à un coup de foudre et à une évidence. On est en 2012, la présidentielle vient de s’achever sur une déception, et le candidat de la France insoumise affirme nettement sa transition écologique. Mélenchon se rend dans le Jura, tourner une vidéo sur le vin destinée à sa chaîne You Tube.

Où en est-on cinq ans plus tard ? Il nous le raconte en débouchant une bouteille insoumise − l’une des rares qui lui reste. Parce que les bouteilles se sont vendues à la vitesse de la lumière.

 

> Tous les visages de campagne de BoxSons ici.

Visages de campagne
Ecoutez aussi
13’55

Un 7 mai sonore à Paris

Chez Hubert (non, pas Uber) qui a voté Macron, avec les insoumis barricadés à Ménilmontant, au milieu des victorieux joyeux du Louvre.
13’55
08 mai 2017
15’59

NIMA NIMA

Ni MAcron, ni MArine Le Pen, ils refusent de choisir, ni barrage, ni pression. Paroles de mélenchonistes abstentionnistes.
15’59
04 mai 2017
27’59

Voix contre Front

Enquête à Hénin Beaumont où la municipalité FN mène une guérilla intense contre la locale de la Voix du Nord. « Un niveau de caniveau extrême »
27’59
22 avril 2017
Offert
15’06

Planoise : être primo-votant dans un quartier de banlieue

L’élection, le voile, le FN, les discriminations, la parole à de jeunes primo-votants de la cité de Planoise près de Besançon.
15’06
21 avril 2017