X
Se connecter
Adresse e-mail
Mot de passe
00'00
|
30’38
30’38
| Par | 06 mai 2017

L’échec en politique

Présidentielles: tellement de perdants. L’entourage des candidats raconte le moment où ils ont entrevu la défaite

Demain, l'un des deux perdra : Marine Le Pen ou Emmanuel Macron. Il y a quinze jours, François Fillon (LR) et Jean-Luc Mélenchon (France Insoumise) ont fini au pied du podium, à quelques centaines de milliers de votes de la victoire. Comment digérer l'après ? La morsure de la défaite ?

 

Ceux qui, un jour, ont perdu une présidentielle sont rares à le raconter. Ou seulement pour magnifier après-coup ce moment ou pour accuser tel ou tel adversaire d’avoir été à la manœuvre. Pour trancher avec ce discours « langue de bois » des (mauvais) perdants, BoxSons a interrogé leur entourage, ces hommes et ces femmes, dans l'ombre, qui y ont crû avec eux, qui ont compris avant eux, parfois, que c'était terminé. Comme l'entourage de Lionel Jospin, en 2002. Comment lui dire ? A-t-il décidé seul de mettre un terme à sa carrière politique dans la foulée ?

 

Avec deux obsessions : quand et comment une campagne bascule d'un côté ou d'un autre ? Qu'est-ce que vit le candidat malheureux lorsqu’il comprend que c’est « foutu » ?

 

Aux échecs, il existe un joli mot pour parler de la lucidité dans la défaite, c’est le « zugwang ». Emilie Denètre est donc partie à la recherche de ce « zugzwang », plongeant dans les coulisses des défaites présidentielles, entre confidences et analyses.

 

A découvrir les campagnes perdues de :

 

  • Nicolas Sarkozy, en 2012
  • Ségolène Royal, en 2007
  • Lionel Jospin, en 2002
  • Edouard Balladur, en 1995
  • Raymond Barre, en 1988
  • Valéry Giscard d’Estaing, en 1981

Un reportage à offrir au perdant de la présidentielle, demain 7 mai 2017.

 

Réalisation : Sonia Leyglène, mixage: Ricky Jonza

EPISODE

L’échec en politique

30’38
| Par | 06 mai 2017

Présidentielles: tellement de perdants. L’entourage des candidats raconte le moment où ils ont entrevu la défaite

Demain, l'un des deux perdra : Marine Le Pen ou Emmanuel Macron. Il y a quinze jours, François Fillon (LR) et Jean-Luc Mélenchon (France Insoumise) ont fini au pied du podium, à quelques centaines de milliers de votes de la victoire. Comment digérer l'après ? La morsure de la défaite ?

 

Ceux qui, un jour, ont perdu une présidentielle sont rares à le raconter. Ou seulement pour magnifier après-coup ce moment ou pour accuser tel ou tel adversaire d’avoir été à la manœuvre. Pour trancher avec ce discours « langue de bois » des (mauvais) perdants, BoxSons a interrogé leur entourage, ces hommes et ces femmes, dans l'ombre, qui y ont crû avec eux, qui ont compris avant eux, parfois, que c'était terminé. Comme l'entourage de Lionel Jospin, en 2002. Comment lui dire ? A-t-il décidé seul de mettre un terme à sa carrière politique dans la foulée ?

 

Avec deux obsessions : quand et comment une campagne bascule d'un côté ou d'un autre ? Qu'est-ce que vit le candidat malheureux lorsqu’il comprend que c’est « foutu » ?

 

Aux échecs, il existe un joli mot pour parler de la lucidité dans la défaite, c’est le « zugwang ». Emilie Denètre est donc partie à la recherche de ce « zugzwang », plongeant dans les coulisses des défaites présidentielles, entre confidences et analyses.

 

A découvrir les campagnes perdues de :

 

  • Nicolas Sarkozy, en 2012
  • Ségolène Royal, en 2007
  • Lionel Jospin, en 2002
  • Edouard Balladur, en 1995
  • Raymond Barre, en 1988
  • Valéry Giscard d’Estaing, en 1981

Un reportage à offrir au perdant de la présidentielle, demain 7 mai 2017.

 

Réalisation : Sonia Leyglène, mixage: Ricky Jonza

Nos histoires
Ecoutez aussi
9’17

PMA tuée dans l’oeuf

François Hollande a permis le mariage pour tous mais pas la PMA, la procréation médicalement assistée pourtant promise. Un mandat de bébés Thalys et de rappels à la loi pour les médecins favorables à la mesure. Enquête auprès de gynécologues d’Amiens.
9’17
25 mai 2017
15’53

Je me gratte tout le temps

Parce que la peau est partout, parce que la peau parle, autant traquer tous les symptômes, parier sur toutes les spécialités pour tenter de soulager. Beau pari au CHU de Brest.
15’53
23 mai 2017
21’00

Médecin de campagne cherche successeur

Le bon docteur Devrand de Broons, Côtes d’Armor, 64 ans, a même tenté un « généraliste dating » à Rennes. Mais les jeunes préfèrent les villes. Ravages de la désertification.
21’00
19 mai 2017
39’56

Et soudain vous êtes à Beyrouth

Les sons, les visages, les cicatrices, les espoirs, les voix, les quartiers, la mer. Déambulation et rencontres dans la capitale libanaise.
39’56
29 avril 2017